VOICI QUELQUE METHODE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOICI QUELQUE METHODE

Message  fouine le Lun 5 Sep - 2:29

LES RENDEMENTS DE DISTANCE


Cette méthode s'applique uniquement aux courses de TROT. On ne joue pas dans toutes les courses, et on n'opère que dans celles où le premier et le second favori de la presse ne partent pas au même poteau de départ, c'est à dire les courses à rendement de distance et dans certaines de ces courses seulement.

L'application en est facile. Dans toutes les courses où les deux favoris de la presse partent à des poteaux différents, le cheval est obtenu par la règle suivante :

REGLE UNIQUE DE SELECTION

On joue celui des deux premiers favoris qui rend de la distance à l'autre, c'est à dire celui qui part en queue chaque fois qu'il reste sur une victoire. Dans tous les autres cas, on joue l'autre.

Exemple : Vous lisez à la récapitulation des pronostics de la presse :

* cheval x...19 fois
* cheval y...2 fois

x part à 2900m et y à 2875m, si x(qui part derrière y) reste sur une victoire, c'est x que vous jouez. Dans le cas contraire, vous jouez y quelle que soit sa dernière place.

SYSTEME DE MISES

1. Unité de départ : 15€
2. Augmentation de 15€ après chaque coup perdant
3. Après un gagnant, quel que soit le rapport, retour à l'unité de départ, c'est à dire à 15€
4. Le jeu à MISE EGALE donne également de bons résultats.
-------------------------------------------------------------------------------------
BONNE AFFAIRE


Cette méthode sélectionne ce que nous appellerons de "bonnes affaires". Voici le principe sur lequel elle est basée : au trotting, une très forte proportion d'entraîneurs ou drivers drivent ou montent leurs chevaux de sorte que tous les écarts des cavaliers atteignent souvent des chiffres très forts.

Quand l'un de ces professionnels, montant un cheval en vue, est titulaire d'un gros écart, il y a de fortes chances pour que tous les chevaux de la maison pour laquelle il monte ne soient pas au mieux de leur forme.

Dans ces conditions, on a intérêt à éliminer le jockey qui a un fort écart.

SELECTION DES CHEVAUX A JOUER

Elle est d'une simplicité enfantine. Prendre le TABLEAU DES PRONOSTICS DE LA PRESSE et, dans chaque course, noter en face du premier et du second favori l'écart du cavalier.

DEUX CAS

1. La différence entre les écarts des cavaliers du premier et du second favori est inférieure à 10. On ne joue pas.
2. Cette différence est égale ou supérieure à 10. On joue le cheval dont le cavalier a le plus faible écart.

EXEMPLE

* Première course : 1er favori : écart 31; 2ème favori : écart 3. On joue le 2ème favori : perdu.
* Deuxième course : 1er favori : écart 21; 2ème favori : écart 0. On joue le 2ème favori : pas couru.
* Troisième course : 1er favori : écart 24; 2ème favori : écart 14. On joue le 2ème favori qui termine 1er. Gagné 20€ pour 2€
* Quatrième course : chevaux de selle. On s'abstient.
* Cinquième course : 1er favori : écart 0; 2ème favori : écart 22. On joue le 1er favori qui termine 2ème.
* Sixième course : 1er favori : écart 3; 2ème favori : écart 8. On ne joue pas.

A certaines réunions, il n'y a aucun cheval à jouer. Nous avons étudié cette combinaison sur plusieurs saisons. Les résultats trouvés à mise égale sont très bons, tant pour le pourcentage des gagnants que pour le rapport.
-------------------------------------------------------------------------------------
COUPLE GAGNANT


voici une petite methode qui melange favoris et outsiders pour le couple gagnant.
vous devez vous servir des douze premiers chevaux de la liste type de paris-turf ou de la synthése de la presse de tiecé magazine ou de tout autre pronostics.

prenons le pronostic fictif:
1.2.3.4.5.6.7.8.9.10.11.12.

remplissez les 3 tickets de couplé "champs réduits
1. 7.10 mise:3€
3. 5.6.7 mise:4.5€
4. 5.6.7.10 mise:6€

ajoutez les 3 couplés unitaires suivant:
2.8 mise.1.5€
5.9 mise:1.5€
6.12 mise:1.5€

total des mises;18€
cette methode permet de toucher de beaux couplés.
------------------------------------------------------------------------------------
LES GROSSES COTES AU TROTTING


Voici une méthode intéressante applicable au trotting, qui fait toucher souvent de grosses cotes. On ne joue que dans les courses qui satisfont à deux conditions :

1. S'adresser à des chevaux d'âges différents
2. Comporter au minimum trois poteaux de départ

Cela représente en moyenne une à deux courses à jouer par réunion. Dans chacune des courses remplissant ces conditions, on procède de la façon suivante pour sélectionner deux chevaux.

Ces deux chevaux sont choisis parmi les concurrents du premier poteau, c'est à dire parmi ceux du poteau de tête.

Le procédé employé est le suivant :

* On inscrit sur une feuille tous les partants probables du poteau de tête
* On élimine tous ceux qui sont donnés en premier par un ou plusieurs journaux, c'est à dire qu'il ne reste que des chevaux qui ne sont pas donnés une seule fois dans la presse.

Parmi les concurrents restants, s'il y en a plus de deux (car s'il y en a que deux, c'est ceux-là qu'on joue sans aller plus loin), on élimine encore ceux dont le record n'a pas été établi à Vincennes, si bon que soit le record.

Dans ceux qui restent, on élimine encore ceux qui ne restent pas sur une place et parmi les autres, on choisit les 2 meilleurs records.

En résumé, il y a donc 3 éliminations successives et qui sont faites dans l'ordre suivant:

1. Chevaux donnés en premier par un journal quelconque
2. Chevaux dont le meilleur record n'a pas été établi à Vincennes
3. Chevaux venant de finir non placés

Chaque élimination n'a lieu que si la précédente laisse plus de deux chevaux en présence. Dès qu'il n'ya plus que deux chevaux non rayés, on arrête et on les joue.

Cette méthode est susceptible de donner de très grosses cotes. Le principe adopté (jouer les chevaux de tête) peut se défendre. On voit souvent des chevaux partant du 1er poteau augmenter leur avance et se mettre hors d'atteinte.
-------------------------------------------------------------------------------------
L'ECHELLE DES POIDS SUR LES HANDICAPS


Voici une méthode qui, en PLAT et en OBSTACLES, s'applique exclusivement dans les HANDICAPS. Elle part du principe exact que ce sont les poids moyens qui gagnent plus souvent cette catégorie de courses. On JOUE donc les poids MOYENS, ou plus exactement le nombre de partants ayant été divisés par deux, on JOUE LES PREMIERS DE LA SECONDE MOITIE DU HANDICAP.

Le nombre de chevaux à jouer dans chaque handicap est déterminé par le nombre de partants.

* CINQ partants : UNE CHEVAL A JOUER (le 3ème de l'échelle)
* SIX à ONZE partants : DEUX CHEVAUX A JOUER (quand il y a 6 partants, ce sont le 3ème et le 4ème. Pour 11 partants, le 5ème et le 6ème de l'échelle).
* DOUZE à QUATORZE partants : TROIS CHEVAUX A JOUER (pour 12 et 13 partants, ce sont les 6ème, 7ème et 8ème de l'échelle. Pour 14 partants : 7ème, 8ème et 9ème.
* QUINZE à VINGT partants : QUATRE CHEVAUX A JOUER (pour 17 partants par exemple, ce sont les 8ème, 9ème, 10ème, 11ème de l'échelle.

Cette méthode est susceptible de donner de très grosse cotes.

SYSTEME DE MISES

* Nous conseillons d'adopter la PROGRESSION PAR PALIERS SUCCESSIFS.
* Le système de mises prescrit est bon : Progression par paliers : 10 chevaux à 20F, 15 chevaux à 40F, 15 à 60F et ensuite 80F de mise jusqu'à récupération.
* La méthode, bien que claire, est moins simpliste qu'elle semblerait l'indiquer.
* Après le principe des poids moyens, elle s'appuie sur celui des poids égaux, à condition, bien entendu, qu'ils se trouvent dans les poids moyens.
-------------------------------------------------------------------------------------
LES POIDS SUR LES HANDICAPS


Voici une méthode qui s'applique aux handicaps. Ce genre de courses a toujours séduit les chercheurs de combinaisons car les cotes y sont plus intéressantes que partout ailleurs, même lorsqu'on se borne à jouer comme dans la méthode que nous allons vous exposer l'un des chevaux les plus indiqués sur le papier.

On ne joue qu'un seul handicap par jour, c'est à dire que lorsqu'il y en a plusieurs au programme, on prend celui dont l'allocation est la plus élevée.

Si dans la même journée deux handicaps bénéficient de la même allocation, deux cas sont à envisager :

1° OBSTACLES

* Jouer le handicap de haies de préférence au handicap de steeple

2° PLAT

* Jouer le handicap dont la distance est la plus longue.
* En cas d'égalité, jouer le premier des deux dans l'ordre des courses.
* Le principe de cette méthode est de ne faire entrer en ligne de compte que les deux premiers favoris de la presse et pour choisir entre eux deux on applique la règle suivante :

REGLE UNIQUE

* Jouer le plus gros poids des deux chevaux, à moins qu'il ne rende plus de cinq kilos à son adversaire, s'ils sont du même age et plus de 10 kilos si son adversaire est plus jeune que lui.
* Dans le cas contraire, jouer le plus petit poids.
* Si les deux premiers favoris de la presse sont à poids égal, jouer celui des deux dont la dernière performance est dans la course d'allocation supérieure.

SYSTEME DE MISES

* On adopte la progression suivante : 3-4.5-6-7.5-9-10.5-12-13.5-15-16.5-18-19.5 etc...
* C'est à dire que, jusqu'à la mise de 15€, on augmente de 1.5€ après chaque coup de perte et qu'on augmente de 3€ par coup perdant aussitôt la mise de 15€ atteinte.
* On revient à l'unité aussitôt qu'on a obtenu un bénéfice égal ou supérieur à la dernière mise jouée.
* Après un coup gagnant ne récupérant pas, on descent d'autant d'échelons que le gagnant a rapporté de fois 1.5€ à l'unité de 10.

EXEMPLES

* On est à l'unité de 13.50€ et on touche un cheval qui rapporte 8.80€ pour 1.5€. Si ce gagnant ne laisse pas un bénéfice égal ou supérieur à 13.50€ (montant de la dernière mise jouée) on redescend de cinq échelons, puisque le cheval a rapporté 8.80€ et on jouera le coup suivant à la mise de 6€.
* Le principe de cette méthode est bon étant donné qu'il est basé sur les deux premiers favoris de la presse.
* D'autre part on touche très souvent des favoris à cote fort intéressante.
-------------------------------------------------------------------------------------
CLASSEMENT SUR LES HANDICAPS


Lorsqu'il s'agit d'établir une Méthode pour le aux Courses, il faut tenir compte d'un facteur essentiel : LA FORME. Cela se trouve vérifié par l'adage: "La forme prime la classe".

Mais, lorsqu'il s'agit de handicap, se préoccuper seulement de la forme serait insuffisant: il faut, en outre, considérer le facteur POIDS. FORME et POIDS constituent sonc les deux éléments essentiels qu'il ne faut jamais perdre de vue lorsqu'il s'agit de sélectionner des chevaux dans un handicap, et toute méthode concernant cette spécialité qui ne tiendrait pas compte de ces deux données serait à rejeter.

Dans l'établissement de notre méthode, nous ne nous sommes pas écartés des principes qui viennent d'être exposés.

ETABLISSEMENT DU JEU

Utiliser tout journal hippique donnant le programme complet des réunions.

SELECTION DES EPREUVES

En principe, la Méthode s'applique à tous les handicaps, toutefois nous conseillons l'abstention dans les handicaps pour DEUX ANS.

SELECTION DES CHEVAUX

Classer les partants probables en plusieurs catégories :

1. Chevaux qui se sont classés premiers dans leur dernière sortie
2. Chevaux qui se sont classés deuxième puis troisième et ainsi de suite jusqu'au sixième inclus.
3. Eliminer les chevaux restant sur une chute
4. Dans chaque handicap, sélectionner d'abord dans la première catégorie (chevaux premiers); à défaut dans les suivantes.

Examiner, dans la catégorie considérée, s'il existe des chevaux qui courent avec un avantage de poids par rapport à leur dernière sortie. S'il en existe deux, ce sont ceux-là qu'il faudra jouer. S'il en existe plus de deux, jouer les deux chevaux qui courent avec le plus petit poids. Ces chevaux étant choisis, bien entendu, parmi ceux qui courent avec un avantage de poids.

Si une catégorie ne permet de sélectionner qu'un seul cheval, sélectionner le deuxième dans les catégories suivantes en utilisant le même procédé, de même, si une catégorie ne donne aucun cheval.

MISES

Nous conseillons le jeu à mises fixes, donc sans aucune progression. Suivant le capital dont dispose chaque joueur, celui-ci adoptera telle ou telle mise; par exemple : 1.5€, 3€, 4.5€ ou davantage


Dernière édition par le Sam 10 Sep - 19:57, édité 6 fois
avatar
fouine
Maitre posteur

Nombre de messages : 687
Localisation : Nord
Date d'inscription : 16/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOICI QUELQUE METHODE

Message  fouine le Sam 10 Sep - 18:54

METHODES PT


Le But de cette méthode est de profiter d’une super base ayant une réussite de 75% pour détecter les arrivées logiques et tenter de toucher à la fois le couplé gagnant, le tiercé et le quarté. Suivant votre tempérament, vous pourrez jouer un, deux ou les trois types de paris cités ci-avant.

Au départ, il s’agit de sélectionner 4 chevaux que l’on nommera A B C D et que l’on jouera au couplé gagnant et qui, dans cet ordre, serviront de bases pour jouer au tiercé et en quarté.

Pour choisir nos 4 bases parmi tous les partants d’une course Tiercé Quarté Quinté+, nous devrons nous référer à deux rubriques publiées dans Paris-Turf et situées sur la troisième page des " pages saumon " :

* Nos Confrères ont choisi
* Liste Type

Choix de la super base (cheval A) :

Notre méthode ne sera applicable que lorsque la course à événement considérée comportera un favori sortant du lot.

Pour contrôler si la course répond à ce critère, nous nous référerons à la colonne 1 au bas du tableau " Nos confrères ont choisi ". Pour savoir si la course est " jouable ", il suffit de voir combien de points obtient le premier cheval de cette colonne 1.

Pour que la méthode soit applicable, il faut qu’un cheval et un seul obtienne au moins 30 points. Si aucun cheval obtient 30 points, on ne joue pas.

Choix du deuxième et troisième cheval (cheval B et C) :

Pour sélectionner ces 2 chevaux, nous nous référerons à la colonne 2 au bas du tableau " Nos confrères ont choisi ".

Nous retiendrons les deux chevaux ayant le plus de points de la colonne 2.

Si la super base (cheval A) devait se trouver parmi les 2 premiers de la colonne 2, on considérerait alors le troisième cheval de cette colonne.

Pour départager les ex æquo afin de savoir quelle sera le cheval B et C, nous observerons combien de citations affiche chacun des chevaux retenus dans la liste type. Le plus cité sera le chevaux B et le suivant le cheval C.

Choix du quatrième cheval (cheval D) :

Il faut bien reconnaître que, jusqu’à présent, notre sélection se compose exclusivement de favoris. Pour rendre notre jeu plus spéculatif, notre cheval D sera donc notre outsider.

Parmi les 6 premiers chevaux de la liste type, notre cheval D sera celui qui obtient le moins de points au bas de la colonne 2. En cas d’égalité, on retiendra le cheval le mieux classé dans la liste type.

Etablissement des jeux :

Nous savons désormais comment sélectionner nos quatre chevaux A B C et D. Voyons à présent comment nous allons les mettre en pratique.
Nous allons considérer chaque mode de pari séparément.

Couplé gagnant :

En couplé gagnant, nous allons jouer les quatre chevaux A B C D au coefficient 2, c’est à dire selon une mise unitaire de 10 F x 2 = 20 F). Ce qui nous fera 120F d’enjeu.

Tiercé :

En tiercé nous jouerons :

* Une combinaison complète des quatre chevaux A B C D. ce qui revient à 144FF (24F x 6) à la mise unitaire de 6 F.
* Deux " HS " : A-B-x et A-C-x. Pour une course de 18 partants, une " HS " reveint à 96 F. Ce qui fait au total 192 F (96 F x 2).

Quarté

En quarté nous jouerons les trois " HS " : A-B-C-x, A-B-D-x et A-C-D-x.

A la mise unitaire de 8 F, chacune des ces " HS " revient à 120 F avec 18 partants. Notre jeu en Quarté revient donc à 360 F au total.
-------------------------------------------------------------------------------------
LA PROGRESSION PAR PALIER SUCCESSIFS


C'est un système de mises qui exploite un principe très solide et constamment vérifié, aussi bien aux courses qu'à beaucoup d'autres jeux. Les écarts les plus fort sont composés par des séries pendant lesquelles les fréquences d'arrivée sont d'autant plus grandes que les écarts ont été plus grands.

Il y a aux courses, des proportions qui tiennent depuis de longues années et dont le pourcentage varie à peine de 1 à 2 pour cent d'une année à l'autre. C'est ainsi que les premiers favoris de la presse gagnent 33 fois sur cent et les seconds 22 fois sur cent, que les mêmes premiers et seconds favoris sont placés respectivement 60 et 44 fois sur cent. Nous le répétons, ce sont là des proportions qui ne varient que d'une façon infime d'une année à l'autre.

Prenons donc, par exemple, les premiers favoris qui, gagnant en moyenne 33 fois sur cent, c'est à dire 1 fois sur 3. Pendant un mois, sur 180 favoris, on n'en a gagné que 40, soit 22% (pourcentage très inférieur à la moyenne). Fatalement, dans un délai plus ou moins rapproché, cette mauvaise période sera compensée par une bonne, au cours de laquelle le pourcentage d'arrivée sera très supérieur à 33 pour cent qui est le pourcentage normal. Il y aura donc des séries compensatrices des écarts. S'il en était autrement, le pourcentage annuel serait inférieur au chiffre qu'il atteint d'une façon constante.

La progression par paliers successifs qui permet de profiter des séries est basée sur ce principe. Elle présente l'avantage d'être lente et de ne pas s'arrêter au premier gagnant comme le font la plupart des progressions.

Appliquer une progression par paliers successifs, consiste à jouer par exemple:

* 10 mises à 1,5 €
* 10 mises à 3€
* 10 mises à 6€
* 10 mises à 12€

A notre avis, la progression par paliers présente un gros intêret lorsqu'elle s'applique à des chevaux à grosse cote qui, pour cela même sont suceptibles de subir de gros écarts.

En effet, supposons un jeu sur des chevaux à cote moyenne de 10 contre 1. C'est là un jeu où les gros écarts sont fatals et où la progression arithmétique, si lente soit-elle, nécessite un découvert considérable.

Si on atteint un écart de 35 (écart tout à fait réalisable en simple gagnant quand on joue des chevaux à 10 contre 1), une progression lente telle que la suivante: 10, 20, 30, 40, 50, etc. atteindrait au trente sixième coup, un découvert de 1021 euro, et si le cheval touché rapportait la cote suposée de 110 francs pour 10 francs, on toucherait 3600 francs, soit une perte de 3110 francs.

Avec la progression par paliers (10 coups à 10, 10 à 20, 10 à 40, 10 à 80), on n'aurait déboursé que 1180 francs et on toucherait 880 francs, soit une perte de 300 francs seulement.

A noter que l'on n'arrêterait pas le jeu après le trente-sixième coup et que l'on jouerait même quatre coups à 80 francs. Si, sur ces quatre coups, on a la bonne fortune de toucher un autre gagnant, la perte se mue en bénéfice important.

La question qui se pose lorsque l'on veut appliquer une progression par paliers, est de savoir combien chaque palier doit comprendre de chevaux. En règle générale, lorsque l'on joue des chevaux à une cote moyenne, le nombre de chevaux que contiendra chaque palier, doit être égal à l'inverse de la probabilité.

Expliquons nous :

1. Si l'on joue en palier les premiers favoris de la presse, dont le pourcentage d'arrivée est de 1/3, le palier comprendra trois chevaux.
2. Si l'on joue les seconds favoris de la presse, dont le pourcentage d'arrivée est un peu supérieur à 1/5, la palier comprendra cinq chevaux.

Dans le premier cas, on jouera trois chevaux à 10, trois à 20, etc. et dans le second cas, cinq chevaux à 10, cinq chevaux à 20, etc.

La progression par paliers, appliquée judicieusement sur des chevaux soigneusement sélectionnés, de préférence à cote moyenne (ni gros favoris, ni gros outsiders), peut et doit donner des résultats.
-------------------------------------------------------------------------------------
JEU PLACE INFAILLIBLE


Voici une combinaison qui convient plutôt au spéculateur qu'au joueur, que pendant plusieurs jours, elle peut ne sélectionner aucun cheval. Les chevaux qu'elle fait jouer, en principe, des QUASI-CERTITUDES.

Il faut, en effet, qu'ils remplissent les trois conditions suivantes, très rarement réunies :

1. Etre donnés 20 fois au moins par la Presse et courir une course autre que les prix à réclamer, à vendre ou handicaps.
2. Rester sur trois placés.
3. Ne pas faire sa rentrée après une absence de plus de trois mois.

Autre condition restrictive : Deux au moins des trois places exigées au paragraphe 2 doivent avoir été obtenues dans des prix de série, c'est à dire dans des courses qui ne soient ni des réclamers ni des handicaps.

Le jeu se fait exclusivement placé, par conséquent on s'abstient dans les courses de trois partants et moins. On joue 100 francs placés par cheval. Après une perte, on augmente de 100 francs. On stationne sur la mise tant qu'on a pas récupéré et on retourne.
-------------------------------------------------------------------------------------
JEU PLACE


La méthode suivante intéressera surtout les gros joueurs. Le mode de sélection du cheval à jouer journellement ne constitue pas une innovation, mais le système de mises à appliquer est intéressant, surtout adapté à un jeu qui fait toucher peu mais souvent.

Cette méthode ne fait, en effet, jouer que des favoris et les fait jouer placés.

On sait que les premiers favoris placés présentent un pourcentage d'arrivée de soixante pour cent. Avec le moyen de sélection qu'applique le méthode en question, on peut obtenir un pourcentage d'arrivée de 75 à 80 pour cent.

On conçoit que, dans un tel jeu, les écarts soient très faibles, mais pour permettre une récupération des pertes, on applique ordinairement une montante très rapide : 3, 9, 27 etc... Qu'un écart anormal de 4 survienne et il faut miser 91 frs au cinquième coup. Avec cette méthode, un écart n'est pas à craindre puisque la mise diminue après chaque perte.

MODE DE SELECTION

Parmi les six favoris de la journée (ou plus, s'il y a plus de courses), on choisit parmi ceux donnés au moins 18 fois par la presse celui qui reste sur la meilleure place la plus récente.

Cela signifie que parmi les chevaux ayant obtenu la meilleure place à leur dernière sortie (parmi ceux restant sur une victoire, à défaut sur une place de second, à défaut sur une place de troisième), on joue celui dont cette dernière place est la dernière en date.

CAS D'ABSTENBTION

On joue pas dans deux cas :

1. Lorsqu'aucun des favoris n'est pas donné plus de 18 fois
2. Lorsqu'aucun des favoris donnés plus de 18 fois ne reste sur une place

CAS D'EGALITE

Lorsque deux favoris (plus de fois) restent sur une place identique obtenue à la même date, prendre le moins donné et, en cas d'égalité de voix, celui qui se trouve dans la course dont l'allocation est la plus élevée.

SYSTEME DE MISES

L'unité de mise est 150 francs. Après un écart, on joue 100 francs, après 2 écarts 50 francs, après 3 écarts ou plus on ne joue pas. On attend un coup gagnant et quand ce coup s'est produit, on masse sur le coup suivant une somme égale au total des sommes perdues au cours de l'écart.

Supposons une très mauvaise série de 7 coups :

1. Premier coup perdu -> mise : 150 frs
2. Deuxième coup perdu -> mise : 100 frs
3. Troisième coup perdu -> mise : 50 frs
4. Quatrième coup perdu -> Abstention
5. Cinquième coup perdu -> Abstention
6. Sixième coup gagné -> Abstention
7. Septième coup -> mise : 300 frs

On a subi un écart tout à fait anormal de 5. On remarquera qu'après avoir perdu en trois coups 150, 100, 50, soit 300 francs on ne joue plus et on attend le coup gagnant (6° coup). Aussitôt ce coup sorti, on masse 300 francs sur le coup suivant. Que ce coup soit perdant ou gagnant, on joue 150 francs (mise normale) le huitième coup. Cette façon de miser permet de profiter des séries dont on touche tous les gagnants pour 150 francs et de craindre peu les écarts.
-------------------------------------------------------------------------------------
LES DEUX S'ELECTION DE PRESSE ET RAPPORTS PROBLABLES


Cette méthode se compose de deux sélections différentes qui se jouent parallèlement.

PREMIERE SELECTION

Prendre le tableau récapitulatif de la presse sur le journal "PARIS-TURF" et noter le cheval le plus donné de la journée et le cheval le moins donné à condition qu'il figure à cette récapitulation.

Pour le plus donné de la journée, il n'y a pas de limite comme nombre de fois. Pour le moins donné, il faut qu'il soit cité au moins 4 FOIS en premier. En réalité, le deuxième cheval à jouer est celui qui a 4 voix, à défaut celui qui en a 5, à défaut celui qui en a 6, etc...

Cas d'égalité : Si deux chevaux étaient donnés le même nombre de fois dans deux courses différentes, prendre celui qui se présente dans la dernière de ces deux courses.

Si deux chevaux étaient donnés le même nombre de fois dans la même course, les départager en prenant celui qui serait le plus favori à la cote rationnelle.

Le plus donné de la journée est à jouer gagnant seulement et le "moins donné" gagnant et placé. Observation importante : le plus donné et le "moin donné" ne doivent jamais se trouver dans la même course, c'est à dire qu'on commence par choisir le plus donné, ensuite cette course est neutralisée et c'est dans les autres que l'on choisit le "moins donné".

DEUXIEME SELECTION

Autre neutralisation des deux courses dans lesquelles on vient de sélectionner, on joue dans l'épreuve ayant la plus forte allocation parmi celles qui restent. Dans cette épreuve, on ne choisit pas le cheval à jouer de la même façon quand il s'agit du trot, du plat et de l'obstacle.

* Pour le plat : c'est le troisième aux rapports probables
* Pour l'obstacle : c'est le premier
* Pour le trot : on ne s'occupe pas de l'allocation. On joue le premier cheval à 4/1 que l'on rencontre aux rapports probables en suivant l'ordre chronologique des courses (les deux où l'on a déjà joué "le plus donné", et le "moins donné" restant supprimés.

Le système de mise est le suivant : 2 - 4 - 8 - 12 - 20 augmentation ensuite par 10 et retour à l'unité de départ ausitôt récupération. Coefficients à appliquer sur la mise de base que vous aurez choisie.

Les jeux de la première et de la deuxième sélection se jouent séparément avec la même montante, de sorte que l'un des jeux en bénéfice peut compenser la perte de l'autre. Auquel cas, pour cet autre jeu, on reviendrait également à l'unité
-------------------------------------------------------------------------------------
LE DEUXIEME FAVORI


Voici une méthode qui peut-être classée parmi celles susceptibles d'être appliquée avec profit. Comme presque toutes les méthodes, elle n'est pas à l'abri des écarts. Fatalement, à côté d'excellentes et longues périodes, il s'en trouve de défavorables qui, elles aussi, sembleront longues aux joueurs qui appliqueront cette méthode, mais à notre avis, sans être une panacée, elle "se tient".

On part de ce principe juste que pour toucher souvent et éviter, autant que possible les gros écarts, il ne faut pas sortir des premiers et des seconds favoris. Mais lequel des deux jouer dans quelles courses est-il plus favorable d'attaquer ?

La méthode préconise : Le second favori de la presse toutes les fois que dans la même course le premier favori a été NON PLACE à sa dernière sortie.

La statistique montre que dans ces courses, le pointage de victoires du second favori se rapproche de celui du premier pour un rapport moyen beaucoup plus élevé, ce qui le rend des plus intéressants à jouer.

SYSTEME DE MISES

Jeu à mise égale ou progression par paliers successifs


Dernière édition par le Sam 10 Sep - 19:38, édité 2 fois
avatar
fouine
Maitre posteur

Nombre de messages : 687
Localisation : Nord
Date d'inscription : 16/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOICI QUELQUE METHODE

Message  fouine le Sam 10 Sep - 19:25

COEFFICIANTS


Cette méthode part d'un principe assez juste, à savoir qu'un cheval qui vient de finir non placé dans une épreuve importante peut dans certains cas, être préféré à un autre qui vient de gagner un modeste prix.

Il s'agit donc de considérer dans chaque course les chevaux les plus donnés par la Presse en premier et en second et de calculer le coefficient de chacun d'eux. Ce coefficient s'obtient de la façon suivante :

Un cheval qui reste sur une place de premier compte 5 POINTS, sur une place de second 3 POINTS, sur une place de troisième 2 POINTS, sur une NON PLACE 1 POINT.

Pour chacun d'eux, on multiplie le nombre de points exprimant la place dans la dernière course par l'allocation nominale de cette course en milliers de francs, ET ON JOUE LE CHEVAL AYANT LE PLUS FORT COEFFICIENT.

EXEMPLE :

Nous sommes en présence des 4 chevaux donnés en 1er et en second par le tableau de la Presse pour lesquels voici la place obtenue dans la dernière course et l'allocation de cette course :

* Cheval A - 1 er - 300.000F
* Cheval B - 4 ème - 300.000F
* Cheval C - 4 ème - 300.000F
* Cheval D - 3 ème - 600.000F

Les coefficients des quatre chevaux sont les suivants :

* Cheval A - 5 x 300 = 1.500 Points
* Cheval B - 1 x 300 = 300 Points
* Cheval C - 1 x 300 = 300 Points
* Cheval D - 2 x 600 = 1.200 Points

Le cheval à jouer est donc le cheval A avec 1.500 points (plus fort coefficient).

CAS PARTICULIERS :

1. Si deux chevaux totalisent le même nombre de points, on donnerait la préférence à celui dont la course est la plus récente et si les dernières courses des deux chevaux étaient de même date, on jouerait le moins donné des deux par la presse.
2. Abstention dans les courses de débutants bien entendu, puisque les chevaux n'ayant jamais couru, leur dernière course est inexistante.
3. Si dans les chevaux les plus donnés par la presse dans une course il y avait des débutants (chevaux pour lesquels il n'est pas possible d'établir de coefficient) on éliminerait les débutants.

Cette méthode est logique. Elle fait intervenir, en effet, la forme de la dernière course et, dans une certaine mesure, la classe, si tant est que les chevaux de classe soient ceux qui disputent les courses à allocation élevée.

Cette méthode donne du bénéfice à mise égale. La progression par paliers est également toute indiquée pour obtenir des bénéfices supérieurs.
-------------------------------------------------------------------------------------

LE CHEVAL A SUIVRE


La méthode que nous vous proposons s'applique au principe du cheval à suivre. La méthode comporte trois parties bien distinctes :

1. éléments techniques
2. mesures d'ordre ou comptabilité
3. exploitation pratique

1° ELEMENTS TECHNIQUES

Dans le choix des chevaux, il faut éliminer :

1. Les cracks réputés dont le rapport au mutuel est toujours dérisoire (Le crack est souvent battu...)
2. Les chevaux intermittents, courant bien un jour et mal le lendemain, ce genre de chevaux entraine des écarts insoutenables.
3. Au trot, le cheval fautif offrant peu de garanties, même s'il s'agit d'un cheval de classe.

Le choix se portera principalement :

1. Sur les représentants d'une écurie ou l'on appuie la chance des chevaux; une affaire manquée par l'entourage se récupère toujours à bref délai.
2. Sur les chevaux venant de faire deux ou trois sorties satisfaisantes (place de 4°, 5°, 6°), ils figurent et cherchent leur course.
3. Sur les éléments des petites écuries, 99% de celles-ci marchent toujours très droit et défendent bien les places (avantage très appréciable) une allocation de 3° est toujours bonne à prendre. A classe égale, le cheval d'une petite écurie vous laissera toujours 3 ou 4 points de plus à la cote que les représentants d'une grande casaque. Il arrive même, très souvent, qu'un de ces chevaux ayant la première chance théorique de la course, vous donne une cote de 12 à 15 contre 1.

2° MESURE D'ORDRE OU COMPTABILITE

Noter les chevaux choisis sur un répertoire alphabétique en séparant PLAT, OBSTACLES, TROT. Faire les annotations suivantes :

1. Date où vous le sélectionnez.
2. Genre d'épreuve ou spécialité (à vendre, handicap) du cheval sélectionné, au trot : monté ou attelage.
3. Le poids (plat) que ce cheval portait lorsque vous l'avez noté.
4. Sa monte habituelle.
5. La prise, s'il y en a une, à sa dernière sortie.
6. Dès qu'il a couru une fois après avoir été noté, marquer la performance accomplie (1°, 2°, 3°, 4°, ou Np).
7. Noter encore dans une colonne spéciale, la mise que vous avez faite sur sa place.

3° EXPLOITATION PRATIQUE

Un cheval peut être suivi pendant une période maximum de 1 MOIS, le mois révolu le rayer du répertoire quel que soit le résultat obtenu. Cette mesure ne souffre aucune dérogation, le fait de suivre trop longtemps un cheval amène invariablement l'inconvénient capital d'avoir une quantité prohibitive de chevaux et de se trouver dans une épreuve en présence de 2 ou 3 éléments à suivre.

Si après une nouvelle bonne performance le cheval revient en forme, le noter à nouveau. Le jeu à appliquer est le suivant :

* 1 ère épreuve : 1 mise gagnante, 2 mise placées
* 2 ème épreuve : 2 mises gagnantes, 4 mises placées
* 3 ème épreuve : 3 mises gagnantes, 6 mises placées
* 4 ème épreuve : 4 mises gagnantes, 8 mises placées

Dès que le cheval a gagné, repartir à la mise initiale 1 mise gagnante, 2 mises placées. Il ne faut jamais abandonner un cheval qui vient de gagner, il regagne presque toujours à bref délai et souvent à une cote plus lucrative que lors de sa première victoire.

Si vous choisissez vous-même les éléments techniques de votre jeu ou si vous suivez un organe hippique quelconque, suivez intégralement votre méthode, faites la sourde oreille au tuyaux... Dans une course de huit partnats, si vous avez le temps d'écouter tous les chuchotements dans l'oreille, on vous donnera certainement, au minimum, quatre affaires courues suivant les individus que vous aurez consultés et vous serez, 9 fois sur 10, battu par le cheval à suivre que vous aurez abandonné.

Si vos occupations personnelles, ou encore si votre compétence en turf était trop limité, consultez le travail des professionnels qui sont régulièrement sur les hippodromes et peuvent vous apporter une première approche sur les chevaux que vous aurez sélectionnés
-------------------------------------------------------------------------------------
LES JOCKEYS


Pour appliquer cette méthode il faut dresser la liste des dix jockeys ayant gagné le plus de courses l'année précédente et suivre chacun d'eux séparément lorsqu'il satifait à la condition suivante. Dès qu'il vient de mettre fin à un écart supérieur au double de son écart normal on le joue un nombre de fois égal au montant de l'écart auquel il vient de mettre fin.

EXEMPLE

Le jockey X a l'année précédente
SYSTEME DE MISES

On divise en quatre l'écart qui vient de prendre fin. Chaque quart constitue un palier de la progression à appliquer. Si l'écart subi a été de 32, chaque palier de la progression comprendra 8 coups. C'est à dire qu'on jouera : 8 coups à 100, 8 coups à 200, 8 coups à 300 (ces mises sont données à titre d'exemple).

ARRET DE LA PROGRESSION

On ne passe au palier supérieur que si le palier précédent ne laisse pas de bénéfice et on arrête la progression lorsque le jockey joué aura remporté un nombre de victoire égal au quotient de l'écart qui vient de prendre fin par l'écart normal.

EXEMPLE

* Le jockey X dont l'écart normal est de 8, vient de subir un écart de 32; 32 (écart subi) divisé par 8 (écart normal) donne 4. On applique la progression jusqu'au quatrième gagnant monté par le jockey X et jusqu'à concurrence de 32 coups.
* Supposons que dans l'exemple précédent on se propose de jouer 32 coups (avec arrêt au quatrième gagnant) et qu'on gagne au huitième coup (rapport 17F) au dix-neuvième (rapport 67F) au vingtième (rapport 27F) et au trentième (rapport 59F).
* Le premier palier de 8 coups donnera : 800 = 340. On passera au palier supérieur.
* Le second palier de 8 coups donnera : 1600 = 0. On passera au palier supérieur.
* Le troisième palier de 8 coups donnera : 2400 = 5640. On restera à ce palier pour les 8 derniers coups et ce palier donnera 240 = 3540F.
* Le principe paraît bon en ce sens que l'on ne joue jamais un jockey à l'écart. Chacun sait que cet écart se prolonge souvent au delà de toutes limites prévues, mais on le joue aussitôt qu'il vient de mettre fin à son écart, c'est à dire aussitôt que sa période de guigne peut paraître terminée.
* D'autre part, en principe, à une période très au-dessous de la moyenne comme pourcentage de gagnants doit normalement faire suite une période à fréquence plus grande de victoires. En escomptant seulement pendant la période où on joue, période faisant précisément suite à une période très déficitaire, un pourcentage de gagnants normal, il semble qu'on n'agisse pas avec témérité.
* Le principe de cette méthode peut être appliqué également sur les entraîneurs.

-------------------------------------------------------------------------------------
LE RENDEMENT

Le rendement financier de votre jeu ( à la semaine ou à l'année), se traduit simplement par la division de la somme des gain par la somme des mises.

Ex: Si dans le mois vous avez gagné en tout 160 Euro et que vous avez misé 200 alors votre rendement est de 160/200 soit 0,8.

Votre rendement est donc de 80%, ce qui signifie que vous perdez (dans le temps) environs 20% de vos mises.
A 100% de rendement, vous ne perdez ni ne gagnez et au dessus vous êtes bénéficiaires.

D'ou provient cette perte de 20% ? Tout simplement du prélèvement effectué par le PMU.

Attention aux confusions, il ne s'agit pas ici de croire qu'on perd parce qu'on joue des favoris, petits rapports, au jeu simple... jouer des outsiders (à rapport plus élevé) reviendrait au même !
Résultat : une perte aproximative de 20% de vos enjeux.
Le choix du jeu (simple, couplé ) où le rapport de gain n'influence pas le rendement général, car cela n'a rien à voir...

Cela signifie qu'un bon turfiste qui passe 3h à faire le papier aura les mêmes pertes qu'un turfiste moyen qui suit tel journal.

Règle de base : le rendement normal d'une sélection est de 80%
Exemple : voici les premiers de la côte PMH / Rendement et rapport moyen gagnant (test sur 29 000 courses)

n°1 = 80% et 2.77E
n°2 = 79% et 4.59E
n°3 = 78% et 6.17E
n°4 = 76% et 7.94E
n°5 = 78% et 10.00E

1) Que signifie un rendement normal de 80% ?

Ca signifie que contrairement à ce qu'on pourrait croire, les turfiste ne jouent pas aussi mal qu'on pourrait le croire et répartissent parfaitement leurs enjeux en fonction des chances de chaque concurent (sans le prélèvement le rendement serait autour de 100%, ce qui correspond a un jeu mutuel parfaitement équilibré).

Ca signifie aussi que d'une facon brute, jouer de plus gros rapports (10€) revient au meme résultat que jouer les petits rapports ( 2,77€).

On peux même y voir un "paradoxe" : un joueur qui selectionnera au hasard en tirant les dés, parmi les 5 favoris, aura le même résultat financier qu'un joueur qui joue systématiquement le favori de la France !!

Ca signifie aussi que "mal jouer" volontairement est aussi difficile que de bien jouer.

Les turfiste essaie souvent de détecter le "bon " parmi les favoris... pour aboutir au même rendement de 80%...
Ces turfiste devraient essayer de detecter celui qui ne rentrera pas (ce qui semble à l'esprit plus facile). C'est à dire tenter d'obtenir un rendement très faible de 40% en détectant la "non-chance" qui serait cachée dans les favoris... ils verront qu'ils auront le même rendement de 80%...

2) Que signifie un rendement (significativement) au dessus de la normale ?
Il s'agit d'une anomalie mais toute anomalie doit avoir une explication : si une sélection affiche un rendement de 110% (bénéficiaire), il s'agit de l'expliquer logiquement et de ne pas se contenter d'une simple constatation statistique.

Exemple 1 : le favori PMH au trot tiercé (uniquement) a un rendement de 95%. Ce rendement reste anormalement haut : le rapport n'est bien sur que de 1,7€ mais il aurait du être de 1,5 (pour revenir aux 80% normaux)

Exemple 2 : les trotteurs dont la dernière place est " distancé" ont un rendement de 90% : ici on peux dire que c'est la méfiance des parieurs (basée sur la dernière mauvaise perf) qui poussent ceux-ci à délaisser un peu anormalement ces chevaux.

3) Que signifie un rendement (significativement) au dessous de la normale ?
Il s'agit également d'une anomalie qui doit aussi avoir une explication :

Exemple avec les cotes PMH mais qui sont "éloignées"

10° Cotes PMH = 65% et 25.3E
12° Cotes PMH = 63% et 24.6E
14° Cotes PMH = 66% et 45.9E
16° Cotes PMH = 49% et 52.8E

Ces rendement au dessous de la normale signifie que ces chevaux sont plus appuyés qu'il ne l'auraient dû (le 10 PMH aurait dû avoir un rapport de 31) mais attention, a ce dégré de spéculation (haut rapports), les chevaux sont bien moins cernés par les parieurs, les imprécisions y sont plus grandes... mais JAMAIS favorable : plus les rapports sont hauts et plus le rendement financier est faible.
Cela peux aussi s'expliquer par des mises au jeu simple sur des chevaux improbables dans le but de couvrir son jeu principal

En général :

Une évidence s'impose. Pour rentabiliser une sélection, il est préférable que le déficit de départ à combler soit le plus petit possible. Soit préférer une sélection à 90% de rendement qu'une selection à 60%.
C'est d'ailleurs ce que font quelques méthodistes qui établissent leurs sélections sur les favoris dans les tiercés de trot.

Autre évidence : Au jeu simple, jouer les chevaux très spéculatif est donc une opération délicate car le déficit de départ à combler devient énorme (40%). Cela signifie aussi que rentabiliser ces chevaux au jeu simple tient de l'exploit (à la limite de l'impossible) et cela concerne les "improbables " des journaux ou des services en lignes.

Ces chevaux ne peuvent donc être qu'utilisés en complément dans des paris à choix mulitiple (Quinté, tiercé, voir couplé...).



Un grand merci à Fanidole pour cette analyse
[/b]
avatar
fouine
Maitre posteur

Nombre de messages : 687
Localisation : Nord
Date d'inscription : 16/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOICI QUELQUE METHODE

Message  fouine le Mar 4 Oct - 20:55

METHODE 1 CHEVAL GAGNANT
LA MEILLEURE METHODE C'EST LA METHODE PETIT BUDGET


donc,pour eviter les problemes des journées difficiles,lorsque les cotes sont effondrées,ou lorsque le gagnant n'est pas dans les 1eres courses,j'ai aligné la methode sur celle petit budget.

_________________________________________________

on joue les courses au fur et à mesure quelles se presentent,en alternant les 2 reunions,sauf bien sur si il n'y a qu'une reunion l'aprés midi et une reunion en nocturne

on prends les cotes,si on peu,sur equidia à 4/5 minutes du depart,ou sur zeturf à 10 mn du depart,voir le chapitre pour regler les cotes

on ouvre l'equilibreur ou le repartiteur de mise

pour le benefice demandé,on suit la methode petit budget: +1
et plus tard on multiplie par le coeficient de son choix,corespondant à son budget de jeu

on s'arrete au 1er benefice,pour la journée

_________________________________________________


concernant les cotes:

on enleve 0.50 a chaque cote,mais on ne descend pas en dessous de 2.00

SI la cote est à 2.40,2.30,2.20,2.10,on met la cote à 2.00

SI la cote est deja entre 1.10 et 1.30,dans ce cas on met automatiquement 1.30
afin de limiter les fortes mises

SI la cote est entre 1.40 et 1.90,on garde ces cotes là,sans rien enlever

________________________________________________

DEMONSTRATION:

jeu réel,le mercredi 6 avril

1ere mise.R1.1ere course
le 14 à 3.4 moins 0.5= 2.90
le 15 à 4.1 moins 0.5= 3.6
benefice demandé: + 1
resultat de l'equilibreur
le 14= 1 mise
le 15= 1 mise
total 2 mises
perdu

2eme mise.R2.1ere course
le 3 à 9.7 moins 0.5= 9.2
le 2 à 3.6 moins 0.5= 3.1
benefice demandé:les 2 mises perdues à la 1ere course + 1 = 3
resultat de l'equilibreur
le 3= 1 mise
le 2= 2 mise
total 3 mises
arrivée:le 3 gagnant à 6.60,la cote a fortement baissée,puisqu'a 9.7 à 5 mn du depart
donc,çà donne:
6.60 X 1 =6.60 moins les mises des 2 courses:2+3=5
gain net:6.60-5= + 1.60
contrat rempli puisqu'on demandé 1 de benefice

MAINTENANT ON ALIGNE LA METHODE NORMALE SUR CES CALCULS.ET RESULTATS:

1ER JEU.
LE 14.1 MISE x4 = 4 MISES
LE 15.1 MISE x4 = 4 MISES
total 8 mises
perdu

2EME JEU.
LE 3.1 MISE x4 = 4 MISES
LE 2.2 MISES x4 + 8 MISES
total 12 mises
gagne:le 3 gagnant à 6.60/1
ce qui donne.
6.60 X 4 = 26.40
moins les mises des 2 courses:8+12=20
gain net toutes mises deduites:26.4 - 20 = + 6.40

voila demonstration terminée.
à partir du jeudi 7 avril,je suis cette methode pour les bilans et jeux du jour sur le site

c'est simple,c'est comme si on jouait,dans cet exemple,4 fois le jeu petit budget,c'est simple,mais çà marche.
_________________________________________________
ancienne methode

on joue en direct au fur et à mesure des courses.
on fixe un benefice à atteindre:
conseillé.pour la 1ere course 15
si perdu,pour la 2eme course 10
si perdu,pour la 3eme course 5
si perdu,pour toutes les suivantes 5
_________________________________________________

cette methode n'est pas rigide et peut etre modulé,si les resultats de l'equilibreur donnent des mises trop importantes,soit on zappe cette course,soit on peut diviser les mises,il faut suivre le bon sens et la logique,car l'equilibreur ne donne que des resultats mathematiques,sans sentiments,et c'est normal.

lorsqu'il y a un non partant dans les 2cv,et que l'on veut miser sur le cv restant,une astuce pour que l'equilibreur prenne en compte le cv restant,c'est de mettre dans la cote du cheval non partant : 1000,cela neutraliseras le np,et calculeras corectement la mise du cv restant.

si aprés avoir rentrer les données dans l'equilibreur de mise,le resultat indique:
IMPOSSIBLE DE GAGNER DE L'ARGENT AVEC CES DONNEES
on saute cette course sans la jouer,il est inutile d'aller a une perte programmée.

METHODE CONSEILLEE.
Au 1er gagnant,on arrete pour la journée,ou si en deficit on continue jusqu'au 1er benefice
_________________________________________________


NOUVELLE METHODE
conseil:on joue toujours en alternée sur les courses telles quelles se presentent

en gagnant et placé sur le 1er cheval du pronos et avec arret au 1er gain

1ere mise. 1 mise G + 4 mises placés
2eme mise. 2 mises G + 8 mises placés
3eme mise. 4 mises G + 16 mises placés
4eme mise. 8 mises G + 32 mises placés

et ainsi de suite
pour l'instant ,cette methode donne de bons resultats je l'ai testez virtuel.
Testez là quelques jours avant de vous lancer dans l'aventure

meme si le cv n'arrive que placé,souvent,il degage un benefice,ce qui arrete la montante plus tot,c'est mon conseil de jeu.
à chacun de jouer comme il veut,en tenant compte des risques qui vont avec
avatar
fouine
Maitre posteur

Nombre de messages : 687
Localisation : Nord
Date d'inscription : 16/04/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: VOICI QUELQUE METHODE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum